13 novembre 2015 : PARIS, CAPITALE DE LA PEINE

December 29, 2015

 

Incroyable comme la connerie humaine tient bon et passe les époques avec succès sans jamais s'essouffler. La barbarie la plus abjecte a ébranlé notre insouciance une fois de plus et j'ai de plus en plus la conviction que nous sommes l'espèce vivante la plus débile qui soit.
 

Nous sommes stupides au point de liquider notre unique planète et toutes formes de vie, par notre seule présence parasitaire et nous salissons la vie par la fascination de la morbidité, par cupidité, par lâcheté, par ignorance. Ce n'est pas seulement que nous allons droit dans le mur, c'est que plus nous nous en approchons, plus nous allons vite dedans, tout en criant de plus en plus fort : ATTENTION !... Alors que la Cop21, Grand'Messe du greenwashing mondial dont les préparatifs pharaoniques et la logistique générale doivent avoir un sacré impact carbone, bat son plein, nous voilà entrés de plain-pied dans une nouvelle ère de bêtise crasse nihiliste et apocalyptique. Sur ce dernier point, les grands livres sacrés ont vu juste, à moins que leurs adeptes les suivent à la lettre pour garantir leurs prophéties ?
 

À force de tirer la sonnette d'alarme sur les turbulences multiples de cette époque malade, sans toutefois remettre en question le système libéral mondial qui en est la source, celle-ci va nous rester dans les doigts et dans le brouhaha de la panique, nous n'entendrons plus rien. Difficile dans le contexte actuel, d'avoir l'esprit clair et d'être assez optimiste envers l'issue des négociations à venir sur le climat, troublé par cette violence terrible qui frappe un peu partout. Voilà un sommet tendu comme le string d'une vénus hottentote. Dans ces conditions, les contre-sommets citoyens, la venue de zadistes et des Black Blocs à Paris, est d'autant plus périlleuse... avec le retour des contrôles aux frontières, déjà prévus avant les attentats, et dans la parano-névrose actuelle, chaude ambiance ! À l'heure où j'écris ces lignes, en France, des militants libertaires, des écolos, des activistes se voient perquisitionnés et assignés à résidence. Ce n'est pas une terreur aveugle qui frappe au hasard, c'est une violence protéiforme qui se répand partout sur fond de petite musique aux relents patriotiques gerbants.
 

Nous voilà donc avec des gouvernements, pour certains «progressistes» sombrer, sous l'effroi, dans le giron ultra-sécuritaire ou se lancer dans l'offensive guerrière du concours de la plus grosse. Fragile équilibre entre démocratie, état de droit et état policier dans des pays où les dirigeants engagent leurs peuples dans des directions unilatérales et avec lesquels ils ne proposent aucun débat sur rien (on le voit avec le fonctionnement autoritaire de l'Europe, vérolée déjà dans l'oeuf par les multinationales, les lobbies, la loi des marchés et la mondialisation).
 

D'un côté, ce vieux monde occidental en phase critique ne proposant rien d'autre que la continuité du libéralisme (le TTIP et le TAFTA nous pendent toujours au nez), sans aucune audace ni idéal ni plan B, en proie à des démons nationalistes, paniquant à la vue d'une barbichette ou du moindre réfugié, fissurant l'espace Schengen, prêt à sacrifier sa liberté pour plus de sécurité feignant de ne pas comprendre qu'il créé lui-même les crapules qui l'assassine.
 

De l'autre des demeurés sortis du Moyen-âge, abrutis psychopathes manipulés, fruits pourris grandis sur nos terreaux, aux frustrations revanchardes (pêle-mêle : stigmatisation, racisme, échec dans le milieu de la petite délinquance, ghettoïsation, crise identitaire, acculturation, précarité, misère, haine de «l'occident»...), qui, camés à la croyance en un accès direct au Paradis, sèment le chaos dans des assauts d'une lâcheté rare, répandant l'Enfer pour atteindre l'Eden. Prétexte religieux masquant l'idéologie fasciste inoculée dans ce qui leur sert de cervelle.
 

Faudrait qu'on m'explique pourquoi l'Homme a encore besoin, malgré les découvertes scientifiques, Darwin et consorts, de croire en toutes ces balivernes religieuses. Comment peut-on croire qu'on va se taper 72 houris dans un lupanar céleste avec un corps criblé de balles ou explosé façon puzzle ? Comment ils font les pseudo-anges pour niquer sans zizi ? Un gamin de 5 ans comprendrait ça, pour peu qu'on lui explique la fonction de cet appendice pilier du patriarcat, autre grand point commun des trois monothéismes. M'enfin j'ai aussi rencontré des allumés qui croient toujours en l'Immaculé Conception. Si Dieu nous a fait à son image, quelle horreur que ce dieu-kamikaze cruel et assassin... «Dieu est amour, la religion source de paix» me répond-on. Expliquez-moi alors toutes ces hécatombes commises en son nom ornant l'histoire de l'Humanité ? Si on suit les préceptes des livres sacrés au pied de la lettre et leurs explications de l'origine de la vie par exemple, les trois grands monothéismes se rejoignent en un point : celui de l'absurdité et du non-sens... Il faut juste lire ces livres comme on lit n'importe quelle fable, ne pas transposer leur vision du monde dans notre époque, qui n'est plus et ne sera plus jamais le même.

 

Croyances aveugles des deux bords : en Dieu, Allah, Jéhovah, Yahvé ou qui sais-je encore d'un côté, et en la croissance, l'autorégulation des marchés, l'argent-roi, le Progrès, le libéralisme, le communisme ou le nationalisme, de l'autre. Personnellement, le père Noël, j'y crois plus, mais le vide insondable qui peuple l'Univers et nos crânes, oui. Rien au Ciel, tout sur Terre, paradis et enfer ici et maintenant, le reste c'est du flan. Que la Grande Baudruche qui peuple le Ciel me foudroie sur le champ si je dis faux.

 

La peur semble être l'avenir de l'homme, celle qui tétanise les neurones et sape l'humanisme, celle qui endosse les uniformes et sort les drapeaux, celle-là même qui nous amène sur le devant de la scène les abrutis les plus réacs, fachos et paranos. N'y cédons pas ! Je proposerais bien qu'on envoie en cours de dé-radicalisation les Le Pen, Morano et autres Zemmour au fin fond des cités et qu'on envoie les Ménard* et autres Jambon en Syrie avec leurs expertises savantes. On va bien rigoler.

 

Une dernière chose, un petit bravo au gars qui nous a pondu le logo du Peace & Love- Tour Eiffel, avec le succès interplanétaire du Je Suis Charlie, je voudrais juste dire à Daesh que son drapeau, vraiment, il est sacrément laid et ringard. Aucun impact en terme de communication**. Soit dit en pissant.

 

Même pas peur.

À la bonne vôtre.

 

Bruxelles, 18 & 30 novembre 2015

 

* Maire de Béziers et co-fondateur de Reporters sans frontières. Produit ménargé lavant plus blanc.

** Pour des relooking d'identité visuelle, contactez le journal...

 

Please reload

Posts Récents

August 30, 2017

Please reload

Archives
Please reload

Rechercher par Tags
Please reload